Sobre nosotros

Accueil > Clinique Eugin > Mère célibataire par choix, une décision heureuse et réfléchie

Mère célibataire par choix, une décision heureuse et réfléchie

232
0

Mère célibataire par choix, une décision heureuse et réfléchie !

Toutes ces femmes ont un travail stable, confiance en elles, elles sont responsables, et ne veulent pas renoncer à la maternité même si elles ne vivent pas dans un couple stable

Il y a encore quelques années, les mères célibataires qui passaient la porte d’une clinique de reproduction humaine assistée pour avoir un enfant étaient surtout des femmes de 40 ans ou plus conscientes que les années sont comptées et ayant envie d’être mère avant qu’il ne soit trop tard. Maintenant se présentent aussi des femmes plus jeunes avec un projet de bébé en solo très clair, muri et réfléchi et une décision qu’elles assument complètement. Elles décident de faire un bébé seules par choix et ne valorisent plus la relation amoureuse pour obtenir une grossesse. Toutes ces femmes ont un travail stable, elles sont responsables, ont confiance en elles et ne veulent surtout pas renoncer à la maternité même si elles ne vivent pas dans un couple stable. Elles se posent bien des questions, hésitent et peuvent se sentir coupables de ce désir mais finalement c’est une envie viscérale, un instinct vital qui les guide, une priorité, celle de devenir mère avant de devenir épouse. Elles comptent sur l’appui de leur famille, des amis et d’un bon réseau social.

N’ayant pas de conjoint, ces femmes se tournent vers une clinique de reproduction assistée qui pourra leur proposer un traitement adapté : insémination artificielle avec don de sperme (IAD) avec ou sans stimulation ovarienne, FIV ou double don… Le chiffre de mère célibataire par choix est en constante augmentation et la hausse semble irréversible. L’acceptation par l’entourage et la société de ce nouveau schéma familial s’est améliorée. Les préjugés tombent petit à petit et les femmes célibataires ne sont plus jugées comme irresponsables ou marginales.

Une des questions que l’on peut légitimement se poser est de savoir ce qu’il en sera de l’équilibre affectif et émotionnel de cet enfant qui grandira sans papa. Des études ont montré qu’ils ne sont pas différents des autres. Ils sont heureux, bien dans leur peau et ont une très bonne estime de soi. En fait, il n’y a pas de famille idéale et toutes les parentalités sont possibles. L’important est que l’enfant grandisse dans un foyer chaleureux, un cadre sain et équilibré, qu’il soit aimé et choyé.

Frédérique Vincent
Après ses études, Frédérique Vincent fait sa valise et part en Angleterre. Là-bas, elle rencontre son futur mari. Ils se marient en 2008. Les mois et les années passent très vite sans qu’aucune grossesse ne survienne. Au départ, ça importe peu: ils sont très occupés par leurs loisirs, le sport, les voyages. Puis le désir d’enfant tourne en obsession. C’est en commençant le traitement d’infertilité qu’elle décide de commencer à écrire son quotidien de femme hypofertile. Puis très vite, ses proches l’encouragent à continuer et à témoigner…Elle est maintenant maman de 3 enfants et auteure de La promesse du mois, livre témoignage sur l’infertilité.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (7 votes, average: 4,43 out of 5)
Cargando…

Laissez un commentaire

Recent Posts

Start typing and press Enter to search