Sobre nosotros

Accueil > Endométriose > Mythes et vérités à propos de la grossesse extra-utérine

Mythes et vérités à propos de la grossesse extra-utérine

635
0

Ce type de gestation est peu fréquent et se produit généralement chez des femmes ayant des problèmes préalables au niveau des trompes, comme des infections ou des endométrioses

Miti e verità sulla gravidanza ectopica

 

La grossesse extra-utérine –celle où l’embryon s’implante en dehors de l’utérus- est parfois liée à des traitements de PMA. Il s’agit, toutefois, d’une combinaison erronée : suivre un traitement de fertilité n’augmente pas le risque d’avoir une grossesse de ce type. Ce qui se passe c’est que souvent les femmes qui suivent ces traitements souffraient déjà d’un problème préalable au niveau des trompes, ce qui favorise parfois la grossesse extra-utérine.

Dans la majorité des grossesses extra-utérines, l’embryon s’implante dans les trompes –au même endroit où la fécondation a lieu- bien que dans certains cas, l’embryon puisse se développer dans le col de l’utérus, l’ovaire ou la cavité abdominale.

“Certaines interventions médicales, certaines infections ou encore l’endométriose elle-même peuvent affecter les trompes et être la cause de difficultés lors de la gestation ou causer une grossesse extra-utérine”, explique le Dr. Marta Trullenque, spécialiste de l’équipe médicale de la Clinique Eugin. “Bien qu’il s’agisse de cas peu fréquents, les grossesses extra-utérines touchent approximativement 1 grossesse sur 100”, ajoute-t-elle. Par ailleurs, lorsqu’elle a eu lieu une fois, il y a 13% de probabilités qu’elle se reproduise.

Symptômes et diagnostic

Il n’est pas toujours facile de diagnostiquer la grossesse extra-utérine étant donné que ses symptômes sont différents pour chaque femme : certaines ont des douleurs abdominales, d’autres de petits saignements, et d’autres les deux. “Les femmes qui suivent un traitement de PMA doivent suivre des contrôles analytiques et échographiques dès les premiers moments, c’est pourquoi il est plus facile de la diagnostiquer”, indique le docteur.

Les grossesses extra-utérines se détectent grâce à une prise de sang et à une échographie. Chez les femmes qui ont réalisé une insémination artificielle ou une fécondation in vitro, il est possible de la détecter à partir du 14e jour. Alors que pour les grossesses normales la valeur de la bêta-hCG double après cette période, dans le cas de la grossesse extra-utérine cette valeur a un comportement plus irrégulier et lent.

L’échographie est également fondamentale pour confirmer ce type de grossesses. Grâce aux images, on vérifie qu’il n’y a aucun sac gestationnel dans l’utérus –l’image qui permet de confirmer une grossesse- et, dans certains cas, on peut arriver à observer avec plus de détail un petit sac gestationnel implanté dans la trompe.

Interruption de la grossesse

“Lorsqu’une grossesse extra-utérine est détectée, il faut interrompre la grossesse, que ce soit à l’aide d’un traitement pharmacologique ou chirurgical”, explique le docteur. “La solution pharmacologique est idéale, en particulier si on agit de manière précoce, car elle permettra de réduire les risques dérivés d’une chirurgie. Dans certains cas, en plus de suivre le traitement médical, il faudra également avoir recours à la chirurgie. Après avoir interrompu la grossesse, il faudra attendre six mois minimum avant d’essayer d’être à nouveau enceinte”, conclut-elle.

 

Avez-vous un doute ? Laissez-nous votre commentaire et vous recevrez le conseil personnalisé de nos spécialistes. Vous pouvez également nous suivre sur nos réseaux sociaux.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Laissez un commentaire

Messages Recommandées

Start typing and press Enter to search