Sobre nosotros

Accueil > Aspects émotionnels > Nous ne parlerons plus de nos traitements

Nous ne parlerons plus de nos traitements

497
1

Désormais, nous ne parlerons plus de nos traitements. A ceux qui me demandent où nous en sommes, je réponds que nous laissons faire la nature. C’est compliqué pour moi parce que j’ai besoin de parler de ce qui m’arrive, d’extérioriser les difficultés que je rencontre. La parole me libère et me soulage. Mais je me rends compte que l’on se heurte souvent à l’incompréhension d’un entourage maladroit. J’ai l’impression que seuls les gens qui ont eu de réelles difficultés à avoir leurs enfants comprennent le désarroi dans lequel on se trouve.

Quelquefois, je me demande si j’ai bien fait de clamer que nous avions besoin d’une aide pour avoir un bébé, même si je ne l’ai pas dit à n’importe qui quand même, ni à tout bout de champ. Si encore la personne s’arrêtait à « Non, pas encore d’enfants.», je n’embrayais pas, mais en général les gens sont curieux et un couple sans enfant c’est louche! Pour montrer que les stéréotypes ont la vie dure, en général, mon interlocuteur pense que ça vient de moi… Et je suis persuadée que pendant des années, des femmes ont subi des traitements parce que notre société ne pouvait admettre que l’homme aussi pouvait être responsable.

Le jour où j’ai su ce que nous allions devoir affronter, j’ai arrêté d’éluder les questions même si j’avais honte de ne pas pouvoir avoir de bébé. Bien que je comprenne qu’il n’est pas évident de répondre à quelqu’un lorsque l’on méconnaît le sujet, le silence est souvent préférable aux : « C’est dans ta tête, tu y penses trop à faire ce bébé. Tu verras ça viendra » ou «  Puff ! une FIV, c’est rien, ça marche à tous les coups » Je supporte mal aussi les personnes qui me donnent du « Bah ce n’est pas si grave, y’a pire ». C’est vrai, il y a pire. Je n’ai pas perdu un membre et je ne suis pas handicapée mais ça m’énerve parce que souvent cette réflexion vient de gens qui se plaignent pour un rien.

Frédérique Vincent
Après ses études, Frédérique Vincent fait sa valise et part en Angleterre. Là-bas, elle rencontre son futur mari. Ils se marient en 2008. Les mois et les années passent très vite sans qu’aucune grossesse ne survienne. Au départ, ça importe peu: ils sont très occupés par leurs loisirs, le sport, les voyages. Puis le désir d’enfant tourne en obsession. C’est en commençant le traitement d’infertilité qu’elle décide de commencer à écrire son quotidien de femme hypofertile. Puis très vite, ses proches l’encouragent à continuer et à témoigner…Elle est maintenant maman de 3 enfants et auteure de La promesse du mois, livre témoignage sur l’infertilité.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
Comments
  • sylvie
    Répondre

    c’est tellement vrai tout cela !!! se taire quel dommage !!! mais c’est mieux que de subir les remarques des gens qui se croient intelligents …

Laissez un commentaire

Recent Posts

Start typing and press Enter to search