Sobre nosotros

Accueil > Aspects émotionnels > Nous sommes en PMA : faut-il en parler à son entourage?

Nous sommes en PMA : faut-il en parler à son entourage?

442
0

Le couple qui passe par la PMA pour avoir un enfant est partagé entre l’envie et le besoin d’en parler et la honte et la pudeur de révéler à son entourage son infertilité

Faire un enfant restera toujours pour le couple un sujet intime qu’il souhaite garder secret. Le couple qui passe par la PMA pour avoir un enfant est partagé entre l’envie et le besoin d’en parler et la honte et la pudeur de révéler à son entourage son infertilité. De plus, ne pas en parler rend la situation plus abstraite, moins réelle, ce qui lui permet de faire comme si le problème n’existait pas vraiment, de le nier… pour un temps.

Cela évite aussi d’entendre des questions et des commentaires qui pourraient toucher ou blesser; l’entourage est souvent maladroit en présence d’un couple sans enfant, sans parler de la pression sociale… Pourtant, les proches, même s’ils n’ont pas été mis dans la confidence ont vite fait de comprendre que quelque chose ne va pas.

 Le couple traverse des moments difficiles d’incompréhension, de doute, de solitude et de désarroi. Il est envahi, plus souvent qu’à son tour, par la tristesse, la colère et la fatigue. C’est un parcours long et douloureux, contraignant et complexe, qui demande beaucoup de sacrifices et prend beaucoup de temps et d’énergie. En parler avec les gens qui vous entourent est indispensable et même nécessaire. Ils comprendront mieux vos réactions, vos pleurs et vos angoisses. Ils pourront mesurer votre combat, votre courage et votre persévérance pour devenir parents et vous soutenir lorsque vous baisserez les bras et perdrez espoir… Ils vous encourageront et y croiront pour vous quand vous n’aurez plus la force d’espérer.

Il est important d’avoir une épaule sur laquelle pleurer, une confidente qui séchera vos larmes et apaisera votre colère, qui vous écoutera vous libérer de ces émotions qui vous envahissent et qui vous rongent. Il est essentiel de verbaliser vos besoins et d’expliquer ce que vous attendez de vos proches. Est-ce de l’écoute, de la distraction ou des conseils? Précisez quelles paroles ou gestes vous aident et vous soutiennent. Et au contraire, celles qui vous chagrinent et vous déstabilisent. Vous vous sentirez libérées et plus légères. Le problème sera toujours là, bien présent, mais il n’y aura plus de secret ni de tabou…

Quand en parler et à qui est un choix très personnel et cela va dépendre du caractère et du parcours de chacune. Certaines en auront besoin bien avant d’autres ! Quand il deviendra trop difficile d’entendre les annonces de grossesse ou quand il vous sera impossible de côtoyer les enfants de vos amis, alors il sera temps de vous confier et de vous abandonner. En en parlant, vous vous rendrez compte que vous n’êtes pas seules dans ce parcours. En en parlant, vous ferez en sorte que, petit à petit, les langues se délient, la parole se libère et le sujet devienne banal. Ainsi, à petits pas, les gens apprendront à accompagner les couples infertiles sur le chemin incertain et tortueux de la PMA et comprendront la souffrance qu’ils ressentent…

Frédérique Vincent
Après ses études, Frédérique Vincent fait sa valise et part en Angleterre. Là-bas, elle rencontre son futur mari. Ils se marient en 2008. Les mois et les années passent très vite sans qu’aucune grossesse ne survienne. Au départ, ça importe peu: ils sont très occupés par leurs loisirs, le sport, les voyages. Puis le désir d’enfant tourne en obsession. C’est en commençant le traitement d’infertilité qu’elle décide de commencer à écrire son quotidien de femme hypofertile. Puis très vite, ses proches l’encouragent à continuer et à témoigner…Elle est maintenant maman de 3 enfants et auteure de La promesse du mois, livre témoignage sur l’infertilité.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 5,00 out of 5)
Cargando…

Laissez un commentaire

Recent Posts

Start typing and press Enter to search