Sobre nosotros

Accueil > Aspects émotionnels > Réduire le stress pendant le traitement

Réduire le stress pendant le traitement

449
0

Il est normal de se sentir stressée pendant le traitement, mais si l’on est capable de vivre le processus comme une expérience positive, cela favorise le bien-être

Réduire le stress pendant le traitement

Il existe des situations où le corps réagit en se mettant en état d’alerte et en créant des sensations d’inquiétude et de tension. Ces conduites apparaissent généralement lors de circonstances concrètes, parfois inattendues, comme par exemple lors d’un traitement de procréation médicalement assistée. Il est normal de ressentir du stress pendant le processus, mais si l’on utilise les ressources existant pour le combattre, il est possible de vivre la recherche de grossesse d’une manière plus sereine, voire même comme une expérience enrichissante.

Bien que chaque personne ressente le stress d’une manière différente et que quelques-unes soient capables de l’affronter sans que cela n’intervienne dans leur vie quotidienne, pour d’autres l’impact peut être suffisamment fort pour qu’elles envisagent d’abandonner leur objectif avant même d’avoir épuisé toutes les possibilités de parvenir à la grossesse.

«Tout d’abord, il est important d’accepter que ce type d’émotions peut apparaître pendant le traitement», affirme Dolors Cirera, psychologue d’Eugin. «Nos patientes ont souvent ces sensations et nous leur rappelons que c’est normal: elles vivent une situation nouvelle qui va modifier leur routine pendant quelques jours et pour laquelle elles peuvent parfois ne pas se sentir prêtes», ajoute-t-elle.

«Pour parvenir à se sentir mieux», explique la psychologue, «il est recommandé d’accepter que nous ressentirons un certain niveau de stress tout en recherchant des manières de le réduire pour qu’il intervienne le moins possible dans le traitement», assure-t-elle.

Avoir l’esprit enthousiaste

Se décider à entreprendre un traitement de procréation médicalement assistée est un grand pas à franchir. C’est pourquoi il est très important d’identifier quel est le bon moment pour commencer. Cependant, les experts recommandent d’éviter de «délaisser tout le reste»: il est tout aussi important d’employer les énergies pour ce projet que d’en avoir d’autres qui motivent également et créent un enthousiasme spécial.

Activité physique

En plus d’avoir l’esprit occupé par d’autres motivations, pratiquer certaines activités physiques avec lesquelles nous nous sentons à l’aise aide à ressentir un plus grand bien-être et à combattre les sensations d’inquiétude. Le yoga est une activité intéressante qui, en plus d’aider à maintenir en forme physiquement, apporte des outils tels que des techniques de respiration qui pourront nous servir quotidiennement comme outil de relaxation à n’importe quel moment.

Références

    1. Emotional distress in infertile women and failure of assisted reproductive technologies: meta-analysis of prospective psychosocial studies J Boivin, professor and health psychologist, E Griffiths, assistant clinical psychologist, C A Venetis, research fellow, Cardiff University, UK. February 2011

    2. Stress, distress and outcome of assisted reproductive technology (ART): a meta-analysis SMS Matthiesen, Y Frederiksen, HJ Ingerslev, R Zachariae, Aarhus University Hospital, Denmark. August 2011

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Laissez un commentaire

Messages Recommandées

Start typing and press Enter to search